Sommes nous seuls dans l’univers? Les planetes extrasolaires
 


Sommes nous seuls dans l'univers?
Les planetes extrasolaires

posté le 17-04-2004


Depuis des millénaires, nous nous sommes demandés si nous étions seuls dans l'Univers sans avoir aucun moyen de répondre à cette question. Mais ces dernières décennies, les scientifiques ont pu enfin lever le voile sur quelques éléments de réponses.
Des expériences en laboratoire ont mis en évidence certains mécanismes de combinaison d'éléments chimiques et de molécules à la base du vivant. Les radiotélescopes ont également révélé que les matériaux nécessaires à la vie abondent partout dans la galaxie. Ces recherches, d'ordre plus ou moins théorique, ont permis de prendre conscience des conditions nécessaires pour repérer la vie extraterrestre.
L'endroit le plus propice est sans doute la surface d'une planète plus ou moins semblable à la Terre et gravitant autour d'une étoile comparable à notre Soleil. Mais voilà, l'éclat d'une étoile est si grand qu'il masque les planètes environnantes. Des astronomes ont trouvé le moyen de contourner ce problème en observant les minuscules effets gravitationnels qu'exerce une planète sur son étoile. Lorsque la planète Jupiter gravite autour du Soleil, par exemple, elle perturbe légèrement les déplacements de celui-ci dans l'espace. Un observateur qui se trouverait hors du Système solaire pourrait ainsi calculer la taille de Jupiter et sa distance du Soleil, en mesurant les faibles soubresauts de notre étoile.
C'est ce principe qu'a appliqué une équipe européenne pour localiser en 1995 la première planète extrasolaire. Près de l'étoile 51 Pegasi, les astronomes Michel Mayor et Didier Queloz y ont découvert une planète de la taille de Jupiter. Cependant, celle-ci gravite sept fois plus près de son étoile que Mercure du Soleil ! Depuis, on a découvert une vingtaine d'exoplanètes aussi bizarres les unes que les autres. Et dans la majorité des cas, il s'agit de planètes plus massives que Jupiter et pratiquement toujours collées sur leur étoile.
Les astronomes s'attendaient à découvrir d'abord des grosses planètes. Puisque leur influence sur l'étoile est plus grande que celle de petites planètes, elles sont donc plus facilement détectables. Cependant, on comprend mal comment des astres aussi gros peuvent exister si proche de leur étoile. Il faut dire que les astrophysiciens n'ont qu'un seul exemple à leur disposition — notre Système solaire — où les petites planètes sont proches de l'étoile et les grosses plus distantes. Comme le commentait l'astronome Queloz, ces découvertes illustrent à quel point nous faisons de l'anthropomorphisme en regardant trop notre Système solaire alors que la Nature est si riche ! Les astronomes n'ont toujours pas découvert de petites planètes gravitant autour d'étoiles semblables à la nôtre. Mais ils continuent de raffiner leurs techniques et ne perdent pas espoir d'y parvenir.
L'étape suivante sera d'identifier les mondes sur lesquels la vie existe. Pour espérer trouver un monde habité, il ne s'agit pas simplement de repérer une planète comparable à la nôtre. Celle-ci doit posséder une atmosphère. La composition de cette atmosphère témoignera de la présence ou non d'une vie. En effet, l'atmosphère terrestre contient près de 20 % d'oxygène, un taux anormalement élevé. Cette grande quantité d'oxygène est due à la présence d'êtres vivants, particulièrement les plantes.
La NASA a dans ses cartons un projet de télescope spatial capable de détecter et d'analyser l'atmosphère entourant une planète extrasolaire. Si on venait à observer d'importantes quantités d'oxygène libre dans l'atmosphère d'une petite planète, on aurait là un indice important de la présence de vie. Mais cette vie pourrait n'être que végétale. Par contre, la présence d'autres gaz, notamment des polluants atmosphériques, pourrait alors laisser supposer la présence d'animaux et, qui sait, peut-être même d'une civilisation polluante comme la nôtre !
Pour bien faire son boulot, le télescope dont rêve la NASA devra être placé au-delà de l'orbite de Jupiter. Un tel projet coûtera au bas mot 1 à 2 milliards de dollars, somme dont ne dispose pas pour l'instant l'agence spatiale américaine. Mais d'ici deux décennies, on peut espérer que le projet sera mis en oeuvre et que quelques grandes questions trouveront enfin une réponse...

Baptiste Mourcel





                    copyright © 2002-2006 CosmosGate By W.B. ALL RIGHTS RESERVED.

 Dossiers
  la matière noire
  Avant le big bang
  l'inflation
  l'antimatière
  l'age de l'Univers
  Collisions galactiques
  La genèse du big bang
 Plus
Le centre de l'Univers
La sélection naturelle
  cosmologique
  le sort de l'univers
 Services
  forum WebAstro
  contact
 News letter

entrez votre email ici pour recevoir notre News letter gratuitement:


Inscription     
Désinscription
MailinglistProvider
 Partenaires
Maroc-inge.com
Astrocosmos.net
:: WebAstro ::
Futura-sciences.com
sur-la-toile.com
astro-fr.com
astrofiles.net

astronomie
astronomie